Deuxième saison: 12 sujets qui interpellent, 12 thèmes qui touchent votre santé au quotidien

Moment choisi, immortalisé entre deux séquences de tournage de l'émission consacrée à la naissance.
L'invitée n'était nulle autre que la Sage Femme Isabelle Brabant.
Sont également présents, Louise DesChâtelets, Julie Niquette, Isabelle Challut, Odette Côté et Joël Monzée. 

 

Cette deuxième saison a été tournée dans le cadre enchanteur de l'Hôtel Mont-Gabriel (Mont Gabriel - Resort and Spa), situé à Ste-Adèle (Québec), qui fut l'un des commanditaires principaux. Récemment rénové, l'Hôtel accueille toute saison les vacanciers et amateurs tant de sport d'hiver que de plein air. Situé sur le sommet d'une montagne, il offre une vue imprenable sur les Laurentides.

Cette saison aborde douze thèmes, de la douleur chronique à la parentalisation, en passant par les effets de la musique, de la spiritualité et du bonheur sur notre santé. Cette saison a reçu le Prix de la meilleure émission ou série d'émissions à caractère social décerné lors du premier gala de TVCogeco en mai 2015.

   
 

Douze émissions, douze sujets qui touchent notre santé. 

PREMIÈRE ÉMISSION: La douleur chronique

Même si elle dérange « un peu », parfois « beaucoup », éventuellement « trop », la douleur est un gain inestimable pour un être vivant. Elle signale qu’il existe un risque non négligeable d’altérer l’intégrité physiologique ou psychologique. Son intensité n’a d’égal que l’ampleur du danger. Associée à la peur de souffrir, elle encourage une modification de comportements, une diminution des risques, une meilleure attention, une nécessité de soins. Elle a contribué à augmenter les chances de survie des espèces en induisant des comportements pour prendre soin du corps ou de son esprit. Pourtant, certaines personnes voient ce système se dérégler, à la suite d’un accident, d’un mauvais mouvement répété ou d’une dégénérescence. Cette émission identifie des moyens pour recouvrer une qualité de vie idéale.

Invité: Yvan Campbell. 

Yvan Campbell a fait un premier cycle universitaire en éducation physique à Mc Gill. Après 2 ans d’enseignement, il réalise une maîtrise. Ensuite, il a cofondé le centre de conditionnement physique Actiforme, tout en s’intéressant de plus en plus à la douleur chronique, alors qu’on en était toujours à une époque où faire faire de l’exercice à des personnes en douleurs était inconcevable. Après avoir travaillé avec la CSST en réadaptation au travail, il fonde l’Institut de Kinésiologie du Québec en 2005. Cet institut propose des interventions multidisciplinaires (kinésiologues, psychologues, ergothérapeutes et pharmaciens) selon trois axes de travail: rencontres cliniques; enseignement; recherche et développement.

 

DEUXIÈME ÉMISSION: La spiritualité aujourd'hui  

Médecin et auteur, Deepak Chopra explique que «La religion, c’est de croire en l’expérience des autres; la spiritualité, c’est d’avoir ses propres expériences». Il fait la distinction entre le dogmatisme (qui peut mener à l’intégrisme) et l’expérience spirituelle où on intègre les valeurs dans les différentes facettes de notre vie. La démarche spirituelle fait partie des 7 attitudes pour avoir un cerveau en bonne santé. C’est démontré à travers la pratique de la méditation et à travers la pratique de la prière psalmodique. La 3e génération des psychothérapeutes cognitivo-comportementaux abordent d’ailleurs la pratique de la méditation pleine conscience comme outil thérapeutique puissant pour transformer les comportements dérangeants. On retrouve ces mêmes principes en psychothérapie psychodynamique, à travers les travaux de Carl Jung, Jack Lee Rosenberg et Guy Corneau. Cette émission permet d’aborder la spiritualité au 21e siècle, autant sur le plan du développement personnel que de la santé sous toutes ses formes.

Invitée: Marie-Josée Arel - auteure et conférencière. 

Née dans une famille d’entrepreneurs (notamment propriétaires du célèbre restaurant autoroutier Le Madrid) Marie-Josée Arel se voit recevoir de ses parents beaucoup de responsabilités pour stimuler en elle des valeurs entrepreneuriales. Elle étudie en administration, puis travaille pour son frère dans les tournées de Monster truck. Suite à une retraite en milieu religieux, elle entre alors au couvent où elle restera 6 années. Pour diverses raisons, elle quitte le couvent pour devenir animatrice de pastorale et responsable des relations publiques d’une école secondaire durant 2 ans. Après un congé maternité prolongé, elle commence à travailler comme démonstratrice pour la compagnie Tupperware. Elle fait maintenant partie des 8 meilleures vendeuses en Amérique du Nord. En 2011, elle participe à la télé‐réalité française Secret Story. Elle a coécrit les livres «L’effet Pop corn» (tome 1, 2012; tome 2, 2014) avec Julie Vincelette et, surtout, elle a publié le best-seller «Dieu s’en moque» (2013). Depuis, elle anime une émission de radio et une webtv où on peut trouver des capsules vidéos transmettant des messages inspirants pour éveiller à la spiritualité.

 

TROISIÈME ÉMISSION: Image et perception 

Cette émission explore une question très actuelle : le regard de l’autre et notre part de bonheur, est-ce conciliable? Nous avons tous besoin de nous sentir vus, entendus et reconnus. L’image que nous projetons autour de nous fait partie de la vie moderne, qui plus est dans un univers parfois trop matérialiste ou au fil de nos implications dans le monde du travail ou des réseaux sociaux. L’idée, c’est de se questionner sur le sens de nos intentions. Le sens de la manière dont nous nous montrons aux autres. Comme nous avons tous un besoin de reconnaissance et que nous voulons être appréciés, pouvons-nous distinguer les risques de cultiver l’image pour rester soi?

Invitée: Isabelle Houle - journaliste. 

Née avec une malformation de la moelle épinière qui a abouti à une amputation de la Jambe, Isabelle Houle a eu une enfance très joyeuse malgré le handicap et les nombreux passages à l’hôpital. Ses parents l’ont toujours soutenue et poussée à être autonome. Ça lui a donné le courage de se dire «je fais ma place quand même». L’intégration à l’école était plus difficile administrativement qu’avec les enfants. Elle a étudié le journalisme à Ottawa, loin de sa famille. Elle voulait pouvoir vivre les choses de son côté, découvrir, quitter le cocon familial. Elle a réalisé un stage de journalisme de 3 mois au Sénégal avec Jeunesse Canada Monde. Actuellement elle travaille pour le Journal des pays d’en haut la valléedans les Laurentides.

 

QUATRIÈME ÉMISSION: La parentalisation 

L’invitée et les chroniqueurs se penchent cette semaine sur la manière dont les enfants apprennent à prendre soin de leurs parents à un âge où c’est au parent de prendre soin de ses enfants. Il ne faut pas confondre le processus de parentalisation (présente chez l’enfant) des nécessités de devenir à un moment ou un autre un proche aidant (présentes chez l’adulte) dans l’attention portée à ses parents Cela crée une grande confusion des rôles chez l’enfant qui ne sait plus où est sa place, il résiste ou se fond dans le projet de l’autre; ingrédient majeur pour développer l’agence (voir émission sur fatigue chronique). La parentalisation démarre par de simples phrases «range ta chambre, maman sera heureuse», mais elle peut également induire des risques de relations malsaines où les frontières entre parents et enfants sont de plus en plus floues, portes ouvertes sur des crises d’opposition ou d’aliénation parentale, voire des relations incestueuses sur le plan psychologique ou sexuel.

Invitée: Julie Vincelette - auteure et conférencière. 

Lorsque Julie Vincelette avait 12 ans, sa maman fait une grave dépression qui va durer 6 ans. Tout au long de son adolescence, elle a la sensation de perdre sa mère, elle se sent coupable, pense que sa mère ne veut pas d’elle. Elle finit par accumuler un discours intérieur très négatif. Elle est persuadée qu’elle n’en vaut pas la peine, qu’elle n’est rien. Après avoir travaillé 5 ans comme physiothérapeute aux États‐Unis, de retour au Québec vers 26 ans, elle est amenée à travailler pour une compagnie pharmaceutique pour qui elle travaille encore aujourd’hui. Depuis ses 30 ans, elle est spécialisée en psychiatrie. Elle y a découvert la panoplie des maladies mentales. Elle comprend alors la maladie de sa mère et tout ce qu’elle a vécu lorsqu’elle était adolescente. Une amie lui confie alors qu’elle a vécu avec une mère schizophrène et qu’elle l’a elle aussi très mal vécu. Julie décide alors qu’il faut en parler aux enfants pour démystifier ce qu’ils vivent peut‐être. Elle a coécrit les livres «L’effet Pop corn» (tome 1, 2012; tome 2, 2014) avec Marie-Josée Arel et, surtout, la série de romans pour jeunes adolescents « Les Missions de Julia Léveillée » (5+ tomes).

 

CINQUIÈME ÉMISSION: Les aidants naturels et la maladie d'Alzheimer 

Grégory Charles a publié en 2013 un livre qui raconte la vie de sa maman, alors atteinte par la maladie d’Alzheimer. Pour lui, il s’agissait de parler de sa mère à sa fille, transmettre les valeurs reçues à son enfant; laisser un témoignage écrit à son enfant de la grandeur de sa mère… La fin de vie des parents, même s’ils sont encore en santé mais en perte progressive d’autonomie, vient souvent bousculer leurs enfants pourtant devenus adultes, parfois même déjà des aînés. Parfois, c’est un conjoint qui est atteint d’une maladie cardiovasculaire, de sénilité ou de la maladie d’Alzheimer… On fait donc de plus en plus souvent le constat que les proches doivent devenir progressivement des aidants naturels, agissant comme des «assistants-paramédicaux». Dans de telles situations, il y a tout un processus émotionnel qui est pourtant rarement adressé. Cette émission aborde cette expérience relationnelle particulière en offrant des pistes de ressources concrètes pour les téléspectateurs.

Invité: Giselle Brett - co-auteure du recueil de ressources pour les proches aidants. 

Giselle Brett est co-auteure, avec la médecin Louise Dufresne, du recueil de ressources pour les proches aidants. 

 

SIXIÈME ÉMISSION: Le respect du rythme de et des besoins de la mère à la naissance 

Cette émission poursuit la réflexion entamée lors de la première saison: comment vivre la maternité, la naissance et les premiers jours du nouveau-né. Cette fois-ci, nous explorons les conditions et les avantages des différentes pratiques : accompagnement à la naissance, médecine gynécologique, l’art des sages-femmes, les AVAC, etc. Bien sûr, la médicalisation a permis de sauver de nombreuses mères et beaucoup d’enfant. Le taux de mortalité est tombé dans les pays occidentaux. Mais, sommes-nous allé trop loin? Est-ce que le confort de l’obstétricien pourrait primer sur celui de la mère en plein travail? Est-ce que les maisons de naissance sont sécuritaires? Et qu’en est-il des accouchements à la maison qui semblent revenir à la mode?

Invitée: Isabelle Brabant. 

Son expérience de jeune femme enceinte à une époque où il n’y avait qu’une pratique médicale de la grossesse et l’accouchement ne convenait pas du tout à sa recherche de sens. Elle consacre les années suivantes à faire des recherches et elle se rend compte que beaucoup de femmes en Amérique du Nord ont fait le même constat. Elle devient sage‐femme à une époque où la profession n’existe pas. Elle s’allie aux autres sages‐femmes et elles travaillent ensemble publiquement à la légalisation de la profession de sage‐femme pour une humanisation des naissances. Quelque 20 ans après, la profession a été reconnue.

 

SEPTIÈME ÉMISSION: La créativité et musique 

Outre le plaisir d’explorer sa créativité, les sciences du cerveau démontrent de plus en plus les effets bénéfiques de la pratique d’un instrument de musique sur le cerveau et la capacité d’apprentissage scolaire. Par ailleurs, des chansons tristes de rupture, de désespoir, de tristesse, etc., sont fréquemment diffusées à la radio. Curieusement, les auditeurs semblent noter une prépondérance à décrire ces musiques comme « romantiques » et apprécier les écouter. En effet, elles déclenchent une libération d’hormones particulières qui induisent malgré tout un bien être.

Invitée: Jorane - auteure, compositeure et interprête. 

Jorane découvre la musique à l’âge de 4 ans. Elle se rend compte que l’intensité et les sons de la musique permettent d’exprimer des émotions qui ne se disent pas forcément en mots. Elle grandit entourée de ses parents remplis d’amour et d’inquiétude face à son envie de faire de la musique sa profession. Elle s’est toujours sentie très en confiance et très instinctive. Cette base très solide lui a servi de filet de sécurité dans les moments plus fragiles ou difficiles. Ses voyages, la rencontre de son amoureux, ses équipes de travail, sont autant d’éléments qui font qui elle est aujourd’hui. Ses enfants sont aussi des éléments déterminants de sa vie. Elle est émerveillée de voir « l’élasticité du coeur ». Elle dit qu’être parent c’est « aller chercher tous nos super pouvoirs pour les bonnes raisons ». Professionnellement, elle se sent nourrie par la musique, mais ne pourrait pas être rassasiée en ne faisant qu’un album aux 3 ans. Elle participe donc à toutes sortes de projets: musiques de film et autres. Elle ne souhaitait pas forcément faire des albums et des spectacles. C’est le désir de composer qui l’a amenée à jouer sa propre musique.

 

HUITIÈME ÉMISSION: Acheter, c'est voter!

Directement inspirée du travail de Laure Waridel (Équiterre, livres, etc.) et du film documentaire de Coline Serreau (Solutions locales pour désordre global), cette émission aborde notre responsabilité individuelle et collective en regard des conditions de vie en regard des réalités sociales, industrielles et agroalimentaires actuelles. Souvent on a tendance à croire que c’est au gouvernement d’agir, de solutionner les problèmes. Or, tous les gouvernements ont les pieds et les mains liées. Par exemple, l’Europe a imposé des règles d’étiquetage des produits contenant des OGM, alors que le Canada empêche le Québec d’en faire autant pour protéger les industries des Plaines. En tant que citoyen, quels sont les opportunités que nous avons de vivre en fonction de nos valeurs, malgré le peu de moyens dont nous disposons? Nous aborderons également le rôle du père auprès des adolescent(e)s: les aider à déterminer un objectif et à mettre en place les étapes nécessaires pour l’atteindre…

Invitée: Geneviève Vena - propriétaire de boulangerie ''La Vagabonde''.

 

NEUVIÈME ÉMISSION: La médecine sportive    

La pratique d’une activité physique régulière est un moyen efficace pour améliorer ou maintenir sa santé. La pratique du sport fait aussi partie des aspects de notre vie qui sont influencés par les modes véhiculées à travers les média. C’est ainsi que la pratique d’un sport et, surtout, les standards (finalités) que l’on veut atteindre peuvent être influencés par notre désir de reconnaissance, notre désir de performance pour rencontrer les standards sociaux. Éventuellement, certains praticiens souhaiteront soutenir leur corps par la consommation de produits stimulants ou soutenants. Comment ne pas franchir de limites qui inverseraient les bienfaits du sport pour la santé? C’est ce que nous explorons avec un spécialiste de la médecine sportive. Nous explorerons aussi des stratégies pour s’initier au sport tout en laissant du temps au corps pour s’habituer et ne pas se décourager devant les difficultés qui peuvent se présenter.

Invité: Marc Goselin - médecin. 

Marc Gosselin a fait sa formation en médecine après un baccalauréat en science de l’activité physique. Il est médecin urgentiste depuis 1997 (jusqu’en 2008 à St Jérôme, et depuis à Ste-Agathe). En 2000, une blessure va le faire s’intéresser à la médecine sportive. Il crée alors avec un autre médecin le centre de médecine sportive des Laurentides (à St-Jérôme). Il y pratique de la médecine préventive et sportive. Travaille avec des jeunes sportifs inscrits dans un programme scolaire « sport‐études », ainsi que des adultes sportifs. Il est directeur médical du Ironman du Mont tremblant depuis 3 ans.

 

DIXIÈME ÉMISSION: La nourriture et la santé: faire la part des choses 

Dans un article paru dans le journal La Presse, la journaliste Julie Cavanagh expliquait à quel point il est difficile de faire des choix «santé» en matière d’alimentation, tellement les procédés industriels et les méthodes d’agricultures sont sources de problématiques diverses sur le corps. D’autres journalistes rapportent la difficulté de se fier aux inscriptions «bio» pour tout aliment en provenance de certains pays qui, comme la Chine, n’ont pas encore industrialisé leur agriculture, mais font des cultures dans des zones polluées, à tel point que les aliments-bio contiennent un taux de métaux lourds ahurissant. Par ailleurs, on constate une augmentation sans précédents d’allergies ou d’intolérances alimentaires, de troubles comme l’anorexie, la boulimie, etc. Que faire sans tomber dans l’orthorexie? Retrouver l’intelligence alimentaire comme en témoigne Dominique Béliveau, notre invitée de la semaine…

Invitée: Dominique Béliveau - nutritionniste et auteure

Dominique Béliveau est diététiste depuis 27 ans. Elle a travaillé dans le domaine de la santé publique, mais aussi dans le privé. Elle a longtemps travaillé pour une compagnie pharmaceutique, mais souhaitait revenir sur le terrain pour être plus proche des gens. Promouvoir la santé plutôt que d’être dans le curatif. Aujourd’hui elle partage son temps entre le réseau de la santé (consultations externes pour un centre hospitalier), et des consultations privées jumelées à l’animation d’ateliers et de conférences sur la reprogrammation alimentaire. Elle a publié le livre «L’intelligence alimentaire» (2012, réédition 2014).

  

ONZIÈME ÉMISSION: La médecine intégrative 

La médecine intégrative vise à associer les pratiques qui soutiennent la santé (prévention) ou guérissent les personnes (curatif). Cette pratique vise surtout une interdisciplinarité, tel que le décrivent des livres comme celui du médecin Christian Boukharam ou ceux co-rédigés par les chroniqueurs de Oui à la vie. Quelque part, cette émission consiste à inviter les téléspectateurs à sortir de la dualité, sortir des rapports de forces et autres luttes de pouvoir entre professions. À la lumière du slogan du livre Dire OUI à la vie («Ma vie, ma santé, mon autonomie»), il s’agit de regarder comment accompagner les êtres humains pour qu’ils puissent redécouvrir une manière de vivre qui est la plus cohérente possible.

Invitée: Anne-Julie Morand - ostéopathe et professeure au Collège d'études ostéopathiques. 

Anne-Julie Morand a grandi avec deux parents enseignants qui l’ont initiée au plaisir de transmettre les connaissances. Après la réalisation d’un premier cycle en neuropsychologie au département des neurosciences de McGill University, elle étudie l’ostéopathie au Collège d’études ostéopathiques de Montréal. Pendant ses études elle commence à faire de la supervision d’étudiants et avant même de finir son mémoire, elle assiste des enseignants. Suite au dépôt de son mémoire «le stress et les proches aidants», elle débute sa carrière autant d’ostéopathe que de professeure maintenant dans plusieurs villes du Canada et d’Europe et en Russie. Elle a travaillé à la clinique Camirand depuis 8 ans avant de monter sa propre clinique dans une perspective de médecine intégrative où plusieurs professionnels de la santé collaborent de manière multidisciplinaire pour soutenir et pour traiter les personnes.

 

DOUZIÈME ÉMISSION: Le bonheur

Qu’est-ce que le bonheur? Un sujet très large et chacun détient plusieurs réponses complémentaires. On parle de plus en plus de méditation autant dans les média que dans les milieux cliniques (méditation pleine conscience) ou spirituels (méditation, bouddhisme, art de vivre, etc.). On encourage à vivre dans le moment présent pour échapper à la dynamique de la dualité (l’anticipation de demain sur la base des expériences d’hier), mais à quel moment risquons-nous d’agir trop ou trop peu? Comment ne pas confondre le lâcher prise et la pensée magique? Cette émission explore le thème du bonheur comme une ressource inestimable qui soutient les divers processus de bien-être et de santé au sens large.

Invitée: Christine Michaud - animatrice, auteure et conférencière. 

Titulaire d’un bac en droit, Christine Michaud a travaillé au journal le Soleil. Elle fait une dépression à 28 ans, son cadeau mal emballé de la vie, qui lui permet de se poser des questions existentielles, Qui est‐elle? Que fait‐elle sur terre? Après un grand cheminement personnel, elle devient chroniqueuse littéraire. En 2012, elle a vécu un autre moment de grande transformation. Elle quitte son conjoint, perd tous ses contrats en l’espace de 3 jours (secouée mais sait que quelque chose va naître). Elle vend sa maison avec tout son contenu et part 1 mois en Floride pour faire le point. C’est alors que nait le concept « Sexy, Zen et Happy ». C’est là qu’une légende amérindienne l’inspire pour se développer un programme de travail sur elle, décliné en 21 thématiques sur 21 semaines. Elle souhaite à présent le transmettre. Elle a publié plusieurs livres, dont «C’est beau la vie» (2010), «Encore plus beau la vie» (2011), «Sexy, Zen et Happy» (2013), «Le petit cahier d’exercices pour attirer à soi bonheur et réussite» (2013), «Le petit cahier d’exercices pour être sexy, zen et happy» (2014) et «Billets Douceur» (en collaboration avec Sonia Marois, 2013).

 

   
 
180240 479493792065904 1901966961 n Oui logo Logo IDEF cote FO RAP Peggy Tassignon logo chiro final logo Pleine Lune web RGB